Archives mensuelles : mars 2020

De la « psychose » à la crise : le coronavirus dans la presse française.

« S’est-il passé autre chose ? » La crise sanitaire du coronavirus absorbe toute l’attention médiatique, alors que les mesures de confinement affectent la vie quotidienne de la moitié de l’humanité. C’est d’emblée un événement hors norme dans mon domaine de recherche, l’histoire des médias. Hors période de guerre, l’agenda médiatique n’est quasiment jamais bousculé à ce point.

Plusieurs projets ont déjà été entrepris pour collecter « en direct » des informations, archives et données sur la crise ce dont témoigne la compilation des ressources historiques de Frédéric Clavert. De mon côté j’ai spontanément commencé à réunir un large corpus de la presse quotidienne française nationale et régionale couvrant la réception médiatique de l’épidémie depuis ses premières manifestations en Chine début janvier jusqu’au 21 mars inclus.

Je n’avais pas initialement d’objectif précis, juste une volonté de comprendre un aspect de la crise à l’échelle de mon domaine de compétence. Cette exploration préliminaire a fait émerger un résultat paradoxal : l’un des discours les plus médiatisé est un discours critique de la médiatisation et du sensationnalisme des médias appelant à « relativiser » l’ampleur de l’épidémie réduite à une simple psychose irrationnelle.

De l’analyse scientifique à la crise sociale : les étapes de la réception médiatique

Le corpus comprend actuellement 35 258 articles avec une occurrence de « coronavirus » dans Europresse1 . J’ai pris la décision pour l’instant d’exclure la presse spécialisée et, surtout, la presse en ligne : la couverture d’Europresse y est nettement moins bonne. Il faudrait une autre étude et d’autres moyens — probablement une extraction automatisée de Google News qui n’est malheureusement pas l’environnement le plus accueillant pour les projets de text mining.

Pour analyser ce corpus j’ai mis à profit les méthodes de « lectures distantes » expérimentées à une très grande échelle par le projet ANR Numapresse pour les archives de presse du XIXe et du XXe siècle. Nous avons notamment appliqué des outils de classifications automatisés par genre à l’ensemble de la presse quotidienne nationale numérisée par Gallica de 1820 à 1940. Il devient possible de suivre l’évolution quantitative d’un genre journalistique sur une très longue période et d’extraire automatiquement des sous-corpus comme les pages cinéma hebdomadaires. Ces données nouvelles ont été notamment mises à profit pour un livre sur la viralité médiatique avant Internet que je publie prochainement avec Marie-Ève Thérenty et Julien Schuh aux Éditions du CNRS.

J’ai développé un nouveau modèle de classification approprié au corpus en annotant manuellement un millier d’articles selon douze thématiques ou angles journalistiques qui caractérisent les différentes dimensions de la crise de l’organisation de la quarantaine aux problèmes d’approvisionnement.

La classification automatisée permet de distinguer clairement différentes phases de réception du virus. Les premiers articles relaient des analyses scientifiques d’un virus « mystérieux » à l’origine d’une épidémie alors lointaine. Les premiers cas apparaissent à la fin janvier. Tout au long du mois de février les médias font état de la progression de l’épidémie en France et à l’étranger ainsi que des inquiétudes croissantes des milieux économiques (à noter le cycle « hebdomadaire » des nouvelles économiques qui font généralement relâche le week-end). En mars, la couverture médiatique change profondément alors que la société française s’achemine inévitablement vers un confinement de masse : mesures de quarantaine, difficultés d’approvisionnement et, surtout, annulation d’événements en cascade. À cette date, l’épidémie est devenue un événement total qui s’insinue dans toutes les colonnes de la presse des grands titres de la une au carnet du jour.

La classification automatisée simplifie surtout la réalisation d’études « qualitatives » en permettant de rapidement focaliser le corpus sur un certain aspect de la crise. Par exemple il est possible de récupérer uniquement les articles ayant trait à l’organisation interne des hôpitaux ou, inversement, d’exclure d’emblée certaines thématiques qui ne seraient pas pertinentes (comme les nombreuses annulation d’événements sportifs et culturels à partir de mars).

Quand la hantise de la contagion médiatique devient contagieuse

Les premiers articles scientifiques parus dès janvier informent correctement sur la nature de l’épidémie : « Les chiffres actuels indiquent que la mortalité de ce virus serait de 3 à 4 %. » (La Tribune, 25 janvier), « sa létalité ne serait « que » de 3 % des personnes malade » (Les Échos, 27 janvier).

Ce constat factuel, toujours valable, est rapidement dépassé par un discours ambivalent fréquemment porté par certains professionnels de la santé : le virus est bien moins meurtrier en chiffre absolu que la grippe saisonnière qui tue en moyenne 10 000 à 12 000 personnes (sans doute un peu moins cette année avec la démocratisation de mesures de barrières puis la généralisation du confinement).

De circulation en circulation, le discours de relativisation est dépouillé de ses éléments contextuels (« jusqu’à présent »). Il se transforme en vérité générale : « le docteur **** appelle à ne pas céder à la psychose face au coronavirus et rappelle que la grippe est, à ce jour, beaucoup plus mortelle » (Le Progrès de Fécamp, 27 février : les noms des personnes non célèbres ont été anonymisées), « si on déployait la même arithmétique médiatisée et anxiogène pour la simple grippe saisonnière, qu’entendrait-on ? » (Le Télégramme, 7 mars). Les experts sollicités pointent le décalage entre la « surréaction » suscitée par le coronavirus et l’attentisme qui entoure le retour périodique de la grippe : « l’urgentiste Patrick Pelloux appelle lui à raison garder » (Santé, 27 janvier), « le docteur **** est plus inquiet des dégâts causés par la grippe » (La Croix, 31 janvier), « les équipes du SAMU rappellent que la grippe reste bien plus menaçante » (Le Monde, 30 janvier), « les pharmacies sont plus inquiètes pour la grippe que pour le coronavirus » (La Dordogne Libre, 26 février), [pour Michel Cymes] « il n’y a pas de psychose à avoir. Ce n’est qu’une grippe. » (Aujourd’hui en France, 3 mars).

La sur-préparation de la grippe H1N1 en 2009 est largement vue comme un piège à éviter : « l’épidémie de grippe H1N1 et ses nombreux ratés » (Libération 28 janvier), « on en a trop fait dans le cas de la grippe A H1N1 avec des stocks de vaccin ou d appareils » (Ouest-France, 30 janvier); Le risque d’une réaction excessive est encore pointé à la veille du passage en stade 3 et de l’instauration du confinement : « Le bilan est parfois décorrélé des peurs. La panique provoquée par la pandémie de grippe A (H1N1) en 2009-2010 — et par la réaction catastrophique des pouvoirs publics de l’époque — ne se reflète pas dans les chiffres : moins de 1 400 cas graves en réanimation et 312 décès. » (Sud Ouest, 13 mars).

Ce discours laisse des traces. De nombreux lecteurs et témoins de la presse régionale s’en approprient les termes : « je n’y crois pas à tout ce qu’ils racontent La grippe saisonnière fait davantage de morts que leur coro » (La Dépêche du Midi, 11 mars), « C’est beaucoup de cinéma. C’est moins grave que la grippe. » (témoignage dans Ouest-France, 14 mars).

La mise en place progressive du confinement à la mi-mars suscite immédiatement des incompréhensions et témoigne de l’ampleur du décalage entre le récit médiatique et la réalité de la pandémie : « On ne ferme pas le monde entier pour une simple grippe » (La Montagne, 14 mars), « On nous dit que c’est une grippe un peu plus virulente et on prend des mesures historiques » (Midi Libre, 14 mars), « La grippe n’a jamais provoqué la fermeture des bars, alors qu’elle tue davantage. Pourquoi une telle décision? » (témoignage d’un commerçant dans L’Union du 15 mars), « Quand je les ai informés des annonces d’Édouard Philippe, ils étaient ébahis. Ils ont fait des remarques du genre : La grippe, ça fait 10.000 morts. À la prochaine épidémie de grippe aussi ils ferment les restos ? » (La République du Centre, 15 mars).

Pourquoi parler de psychose ?

Un terme revient comme un leitmotiv pour décrire l’emportement médiatique face à l’épidémie : la psychose (953 articles du corpus). L’expression commence à être utilisée fin janvier. Elle est largement disséminée pendant la période allant du développement de l’épidémie en France à l’instauration du confinement.

La psychose est décelée d’abord en Chine : « la psychose gagne Hong Kong » (La Dépêche du Midi, 25 janvier). Elle apparaît rapidement en France avec de premières ruptures de stocks dans les pharmacies : « le début de psychose qui aurait provoqué une ruée sur les masques de protection » (La Nouvelle République du Centre-Ouest, 29 janvier).

La psychose apparaît comme une maladie dans la maladie qui pourrait bien causer plus de dangers que le virus lui-même : « Un véritable phénomène de psychose collective qui a un nom de code coronavirus » (Midi Libre, 30 janvier). Pour un médecin « l’on en parle peut-être trop, au risque de favoriser la psychose » (Le Progrès de Fécamp, 27 février). La psychose est intrinsèquement lié à un discours de maintien de l’ordre réduisant la société à une population instinctive et irrationnelle : « La population s’affole un peu. Cette psychose est maintenue par certains médias au niveau national » (Nord Éclair, 3 mars). Dans ce contexte, l’enjeu essentiel pour les autorités (et plus indirectement pour une partie de la presse) « est aussi de maîtriser la psychose des gens » (Aujourd’hui en France, 26 janvier). Sans surprise, l’expression « psychose » est largement attesté dans la couverture médiatique des problèmes d’approvisionnement (10% des articles classés dans notre corpus) et des mesures de quarantaine (5,3% des articles).

La notion de psychose collective n’a plus de base scientifique solide aujourd’hui. Ce schéma d’explication a été progressivement abandonné par les spécialistes en sociologie des médias et media studies. Il a par contre un sens politique bien précis. Les premières occurrences de « psychose collective » apparaissent au début du XXe siècle sous la plume d’intellectuels conservateurs comme Paul Bourget2 ou Gustave le Bon dans la perspective d’une critique frontale des régimes démocratiques et de la légitimité de l’élection au suffrage universel.

Paradoxalement le discours de la psychose collective prépare son exact envers : la critique de l’irresponsabilité d’une foule incapable de se maîtriser et d’appliquer correctement les mesures de confinement. En moins d’une semaine l’état d’urgence sanitaire s’est considérablement renforcé remettant en cause de nombreux principes fondamentaux des libertés publiques et facilitant la généralisation de techniques de contrôles inédites. Exploitation données de connexion téléphoniques, surveillance par drone, reconnaissance faciale : face à la situation d’urgence tous les moyens paraissent bons pour imposer de force la distanciation sociale à des populations a priori désobéissantes et sujettes à des psychoses incontrôlables.

au nom de l’effet cliquet qui régit la vie de nos institutions contemporaines, il n’est pas absurde de se demander si ces décisions sanitaires, une fois mises en œuvre, perdureront dans le temps comme un vulgaire état d’urgence3 .

Le discours de la psychose prend un autre sens dans le contexte actuel. Il est fréquemment associé à la dénonciation des « fake news » et plus largement à une vision militarisée (weaponization) et verticalisée de la communication4 . À la « guerre sanitaire » lancée par le gouvernement répond une forme de guerre médiatique où les individus sont de nouveau assimilés à une population civile à contrôler et protéger malgré elle.

En amont, une fracture communicationnelle ?

Le traitement médiatique d’un événement hors norme est évidemment un exercice complexe. Dès janvier, Sud-Ouest anticipe la position très délicate de la presse dans un billet réflexif sous le titre (approprié) « contagion médiatique »

Si les médias n’en parlent pas, on les soupçonne de cacher des choses, s’ils en font leurs gros titres, on leur reproche d’affoler la population. Toute la difficulté dans ce genre d’événements est de rendre compte des faits sans dramatiser en prenant en compte une réalité relativement récente.

L’analyse du corpus suggère que la couverture « directe » de la crise n’est pas parvenue à trouvé le juste équilibre : la gravité de la pandémie a été excessivement relativisée quasiment jusqu’à l’instauration des mesures de confinement. Néanmoins, c’est aussi dans la presse que les dysfonctionnements du dispositif de gestion de crise commencent à être mis au jour.

Les premiers signes de pénurie de fourniture médicale apparaissent dès la fin janvier : des pharmacies se retrouvent à court de masques. Le 26 janvier le Midi Libre fait état de « quarante-huit heures de folies » : « On est en rupture de stock. Les gens les achètent par boîtes entières. C’est irrationnel ». La pénurie se répand très vite dans toute la France (Angers, Lyon, Toulouse, Bordeaux…) et affecte rapidement d’autres produits comme les gels hydroalcooliques. La ministre de la santé doit faire une communication officielle : « nous avons des dizaines de masques en stock en cas d’épidémie » (Le Monde, 28 janvier).

Les informateurs locaux sont tout de suite moins optimistes. Un pharmacien constate que, même s’il n’y a pas encore une réelle pénurie les « stocks ne sont pas grands » (Charente Libre, 29 janvier). À Lyon, un industriel spécialisé dans ce type de produit s’avoue incapable de suivre la demande : « Si les chinois ne rouvrent pas leurs usines cela risque d’être compliqué » (Le Progrès, 2 février). Le Monde publiera finalement une enquête détaillée un mois plus tard : la France n’a pas de « plan b » en cas de pénurie de médicament, faute d’accès aux fournisseurs chinois.

Les sources locales s’interrogent également sur le degré de préparation réel des institutions médicales. Faute de retours de leur hiérarchie des soignants doivent aller à la pêche aux informations sur Internet : « La nuit dernière, nous avons appris la confirmation d’un cas via les réseaux sociaux, poursuit une autre infirmière. Il y aurait huit suspicions, mais je n’ai que des bruits de couloir. » (Ouest-France, 29 février). À la fin février, plusieurs médecins interrogés par le Parisien s’alarment du manque de tests et de réactivité des autorités : « Ils ne réalisent pas que l’Ile-de-France est devenue une zone à risque! ». (29 février). Le 4 mars, Le Monde publie une enquête détaillée sur les inquiétudes croissantes des EHPAD : pour la directrice de l’un de ses établissements « le pire est à venir ».

Ces témoignages dessinent en filigrane une forme de « fracture communicationnelle » qui fait largement écho à la fracture sociale : à rebours de l’idéal d’une « société d’information » horizontale héritée des années 1990 les administrations publiques ou privées communiquent de moins en moins en pratique. Les clients, les usagers et même les employés peinent à obtenir des informations cruciales et, inversement, les retours du « terrain » ne sont suffisamment pas pris en compte. Pour de nombreux professionnels de la santé, les voyants rouges se sont multipliés dès février : manque de moyen, préparation insuffisante et déficience des infrastructures. Et pourtant les autorités n’ont pris, en cascade, des mesures fortes que deux à trois semaines plus tard.

  1. Je peux communiquer le corpus à quiconque en fait la demande []
  2. En 1909, Paul Bourget introduit l’expression dans la presse française pour décrier l’abandon rapide de la religion catholique dans la vie publique : le pays est libre à « une sorte de psychose collective » (Supplément littéraire du Figaro, 24 avril 1909). []
  3. Olivier Tesquet, Ce que dit le Coronavirus de notre soumission à la surveillance []
  4. Sur la militarisation de la communication sur les réseaux sociaux voir, Peter Warren Singer & Emerson T. Brooking Likewar: the Weaponization of Social Media, Houghton Mifflin Harcourt, 2018. []