Reconstituer les genres romanesque sur Gallica : essai de classification automatisée de 1500 romans (1815-1850)

Au XIXe siècle, 40 235 éditions de roman ont été publiées en français d’après le Catalogue de la BNF, la plupart correspondant à des éditions uniques. De cette immense production, guère plus d’un centième est aujourd’hui connu et couramment étudié. Cette sélection radicale occulte d’importants développements de l’histoire culturelle. Près de la moitié des romanciers étaient des romancières de 1800 à 1830 : leurs œuvres ont été totalement oubliées et sont seulement en train d’être redécouvertes grâce à des projets comme deuxième texte.

Aujourd’hui, un tiers de ces éditions sont aujourd’hui numérisées sur Gallica. Peut-être près de la moitié sont disponibles en ligne toutes bibliothèques numériques confondues.

Si ce patrimoine oublié redevient accessible, il n’est pas « visible » pour autant. Il est difficile de se retrouver dans ce maquis : contrairement à d’autres productions éditoriales, le roman est historiquement peu documenté. Les textes historiques ou médicaux de la BNF sont catégorisés dans des centaines de cotes ou de classifications Dewey avec un degré de précision parfois surprenant — on peut ainsi retrouver tous les traités d’Hygiène chevaline ou toutes les biographie des prix de vertus.

Pour les romans, il n’existe aucune subdivision : il n’est pas possible de chercher toutes les fictions du XIXe siècle se situant au Japon ou dans un futur proche ou lointain. Même des genres fondamentaux, comme le roman historique ou le roman d’aventures sont introuvables.

Les nouveaux outils des humanités numériques pourraient combler ce manque. J’ai créé une application permettant d’explorer les genres de 1500 éditions de roman parues entre 1800 et 1850, selon quatre classifications canoniques à l’époque (roman historique, roman de mœurs, roman chrétien, roman sentimental) et deux classifications plus diffuses (drame, robinsonade/roman d’aventures). Des probabilités de classification sont assignées à chaque texte.

Liste des romans les plus emblématiques de chaque genre. Le menu déroulant sur la gauche permet de sélectionner un seul genre. Les liens ramènent directement sur Gallica.

L’application a pour effet indirect de faire remonter des textes méconnus. Les romans historiques les plus « roman historique » ne sont pas de Dumas mais Wat-Tyler ou dix jours de révolte ou La chute d’un grand homme doté d’un sous-titre évocateur et intrigant : Des princes norwégiens, des ruines de Rothembourg, de l’aveugle de Valence et d’une nuit au fort de Derpt.

Cette prédilection est logique : la classification met en avant les textes qui surjouent leur appartenance générique et leur maîtrise de « codes » stylistique socialement reconnu. Par contraste, Dumas procède davantage à un mélange des genres — tout en ayant une composante “roman historique” forte, la Reine Margot est plutôt classée en drame.

Les classifications retenues pour la Reine Margot d’Alexandre: le Drame l’emporte finalement sur le roman historique. Les classifications peuvent être visualisées pour tous les titres du corpus à partir du second panel.

Les coulisses de la classification

L’application s’appuie sur une classification du texte intégral des romans dite « non supervisée ». Concrètement, les récurrences dans le vocabulaire employé d’un roman à l’autre suggère des recoupements possibles. Les six classifications du modèle tendent ainsi à privilégier les mots suivants :

Termes privilégiés par le modèle de classification automatisée des romans de 1815 à 1850.

On voit se dessiner dans chacune de ces catégories des proto-romans, une sorte de canevas idéal et moyen de se que serait le roman d’aventures (un navire accostant l’île au trésor), le drame (le docteur engagea le duel à l’ombre de la cheminée) ou le roman de mœurs (la veuve propriétaire se rendant à l’opéra).

Je privilégie rarement cette approche. Moyennant un important travail en amont, la classification dite « supervisée » offre des résultats plus fiables. Ici le modèle ne crée pas ses propres catégories (qui doivent ensuite faire l’objet d’une interprétation) mais tente de les reconstruire à partir d’un corpus manuellement annoté. C’est l’approche que nous avons mis en œuvre au sein du projet ANR Numapresse pour classer automatiquement les genres journalistiques dans l’ensemble des exemplaires parus du Matin ou du Petit Parisien de 1900 à 1940.

Pour l’instant, cette méthode reste difficilement applicable aux romans du XIXe siècle : bien que les genres ou « classes » du roman soient communément discutées, je n’ai pas trouvé pour l’instant de listes ou de recensions contemporaines suffisamment larges et exhaustives pour construire un modèle (je suis d’ailleurs preneur de suggestions…)

Étrangement, cette approche serait faisable pour le XVIIIe siècle : on y trouve sans difficulté des listes détaillées de roman par genre. Dès 1719 on trouve des tables détaillées des « romans historiques » alors même que l’expression n’était quasiment pas employées. Les 240 volumes de l’anthologie La Bibliothèque universelle des romans, parue de 1775 à 1789 à se livrent même à une véritable frénésie classificatoire digne de l’Encyclopédie :

Les sujets traités par la B.U.R. se divisent en huit classes inspirées de celles de Lenglet Dufresnoy : les traductions des anciens romans grecs et latins ; les romans de chevalerie (…) ; les romans historiques (…) ; les romans d’amour, y compris beaucoup d’ouvrages contemporains dès 1780 ; les romans de spiritualité, de morale et de politique ; les romans satiriques, comiques et bourgeois ; les nouvelles historiques et les contes ; et les romans merveilleux. L’intention de traiter méthodiquement les huit classes se transforma à partir du cinquième volume, ces limites ne répondant ni aux textes disponibles ni aux désirs du public. La notation de la classe devient de plus en plus irrégulière dans les volumes qui restent, pour disparaître presque complètement dans les deux dernières années. On sent aussi des difficultés d’organisation dans certaines décisions de classement plus ou moins arbitraires1

Il y aurait sans doute des choses à dire que l’usage ou l’abandon des classifications appliquées à la littérature. Pourquoi la Bibliothèque universelle s’évertue-t-elle à maintenir tout un système de classe en révision constante alors que son continuateur de 1839, la Revue des romans, renonce d’emblée à tout essai de catégorisation ?

La classification non supervisée ne devait être qu’un test préliminaire ; elle a donné des résultats étonnamment bons. Spontanément, la quasi-totalité des titres dotés d’un sous-titre « roman historique » ou d’un sous-titre « roman de mœurs » se retrouvent rattachés à une seule des six catégories. Sans avoir aucune donnée méta-textuelle, en s’appuyant uniquement sur le contenu effectif des romans, le modèle est parvenu à déduire des appartenances globalement justifiées.

Les romans portant le sous-titre « roman historique » se retrouvent généralement classés tous ensemble — alors que le modèle n’en savait rien…

Ce n’est pas tant un succès de l’intelligence artificielle que la conséquence de la codification déjà avancée des genres romanesques au cours de la première moitié du XIXe siècle. Les catégories répertoriées, par exemple, dans l’Histoire de la littérature de Godefroy n’étaient pas que des délimitations purement théoriques : elles avaient une opérationnalité pour les autrices et les auteurs, ainsi que pour les lectrices et les lecteurs.

Tous les genres ne sont cependant pas égaux en terme de reconnaissance sociale. Sur l’ensemble de la production romanesque recensée dans le Catalogue de la BNF, l’on décompte 140 sous-titres « romans historiques » ou 46 sous-titres « romans de mœurs » ; le « roman sentimental » et le « roman chrétien » sont quasiment absents ; le « drame » et la « robinsonade » demeurent de simples propositions de recoupements du modèle, justifiée dans le second cas par la montée en puissance du roman d’aventure pendant la deuxième moitié du siècle. Le catalogue ne conserve généralement que les sous-titre utilisés dans l’œuvre elle-même mais j’ai pu constater que les maisons d’édition ajoutaient fréquemment des sous-titres généricisés à des fins promotionnelles.

Vers une reconstitution de la dynamique des genres ?

Si les six classifications que j’ai proposées ici fonctionnent correctement, elles n’épuisent absolument pas la totalité des catégorisations fondées. D’autres essais ont ainsi fait remonter des genres plus confidentiels, comme le roman maritime (occasionnellement utilisé en sous-titre) qui va ultérieurement se fondre comme la robinsonade dans le roman d’aventures. Le genre non plus romanesque mais personnel est un également facteur déterminant de la délimitation du genre. La Revue des romans ne retient en introduction qu’une unique distinction entre les romans « de femmes » et d’hommes qui rejoue, de manière caricaturale, les assignations de genre et les ségrégations sociales en vigueur dans la France de 1839 :

Par le roman, les femmes sont intervenues dans la littérature avec la grâce et la délicatesse qu’elles savent mettre à toute chose ; le choix des sujets, les sentiments, la sensibilité, même le vague de l’expression, ont été pour elles des moyens de succès ; mais dans leurs productions il faut aussi choisir. Les hommes font du roman un cadre pour tous les tableaux : l’histoire avec ses scènes tragiques, le drame bourgeois avec ses émotions, la comédie avec son langage railleur, la farce avec son gros rire, y trouvent leur place ; la terreur et la pitié, la critique de mœurs, le merveilleux, le positif, les sciences même, dans leurs détails les plus minutieux ou dans leurs résultats les plus sommaires, en un mot, le monde est le domaine du romancier.

Un autre essai de classification que j’ai mené avec Mathieu Letourneux sur un corpus de romans policiers publiés depuis 2000 portait également sur la contribution des structures éditoriales à la formation de sous-genres : il est possible de prédire l’appartenance des textes à une dizaine de collections éditoriales du policier.

La numérisation de masse et, sous réserve d’être utilisés avec un regard critique, les outils de classification automatisés éclairent ainsi d’un jour nouveau la dynamique du genre littéraire avec ses fusions et ses décantations stylistiques et, surtout, ses interactions profondes avec les réalités sociales contemporaines (des rapports de genre à la structuration économique du champ de l’édition). Cela reste très largement un work in progress, notamment dans la mesure où des pans entiers de la production romanesque restent à numériser et que les choix de numérisation ne reflètent pas nécessairement la diversité du champ éditorial.

Plus prosaïquement, ces approches nouvelles permettent de trouver des romans oubliés et de varier les plaisirs de lecture. En attendant des croisements plus ambitieux par thèmes, mon premier essai de classification fait émerger tout un tas de titres intrigants qui n’ont probablement quasiment plus eu de lecteurs entre leur parution et leur résurrection numérique sur Gallica…

  1. Fabio Marinai, « La Bibliothèque Universelle des romans », Dictionnaire des journaux, 1660-1789, http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0172-bibliotheque-universelle-des-romans []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.