Classer l’écrit : explorer les données du Catalogue de la BNF.

En juillet 2017, la Bibliothèque Nationale de France a ouvert les données de son catalogue, créant une opportunité inédite de faire de l’analyse quantitative de longue durée en histoire culturelle.

Une information essentielle est devenue soudainement accessible : la cote, soit l’identifiant où un texte est rangé physiquement dans les lieux de conservations de la BNF. Cette cote est « signifiante ». Les romans ont été rangés en Y2, les textes de droit en F et les études d’anatomie en TA. Concrètement il devient envisageable de décompter les romans publiés chaque année depuis le XVIIe siècle et, à partir de là, de quantifier des transformations sociales de grande ampleur dans le champ littéraire, comme le fait que les romancières ont soudainement « disparu » à partir de la Monarchie de juillet.

Depuis j’ai pu récupérer la totalité du catalogue pendant tout le XIXe siècle, de 1800 à 1900. La base de données documente 3 419 594 « objets » correspondants à 568 550 identifiants du catalogue. Ce différentiel reflète l’existence de séries périodiques dispersées en un grand nombre de publications (jusqu’à 27000 pour l’Almanach de l’Indre) mais aussi, dans une moindre mesure, la conservation de plusieurs exemplaires d’une même œuvre : la première édition des Travailleurs de la Mer de Victor Hugo, elle-même découpée en trois volumes, est ainsi présente à cinq reprises à Tolbiac, et une fois à l’Arsenal, soit dix-huit exemplaires au total.

De plus les « objets » référencés correspondent à des productions éditoriales très différentes : imprimés, manuscrits, illustrés, partitions, etc. Dans le cadre de cette première exploration je me suis volontairement cantonné aux textes imprimés et édités.

Le catalogue permet d’emblée de se faire une idée générale des transformations de l’édition pendant le XIXe siècle. La série de graphes ci-dessous projette les catégories qui ont représenté à un moment donné au moins 3% de la totalité des livres publiés

Quasiment chaque graphe appellerait un commentaire. Dans l’ensemble, à quelques exceptions près (comme les thèses de Médecine), presque tous les champs sont concernés par une massification de l’édition après 1850, particulièrement sensible dans le cas de la presse ou de la production romanesque.

Malaises dans la classification

Le cas de l’Histoire de la France par règnes / régime (LB) est plus intrigant. Cette catégorie se distingue par des pics très soudains correspondants systématiquement aux changements de régimes majeurs en France : la Restauration, la Monarchie de Juillet, très notablement la Révolution de 1848, et finalement la fin du Second Empire. Est-ce que ces révolutions successives entraînent soudainement un intérêt massif pour l’histoire des régimes passés ?

Ce serait une hypothèse intrigante mais en réalité le phénomène est attribuable aux limites de la classification. La catégorie LB contient la plupart des textes qui correspondraient plutôt aujourd’hui à l’actualité politique : pamphlets, programme de tel ou tel courant, réaction « à chaud » de telle ou telle personnalité politique. Ces textes sont particulièrement intéressants et introduisent des concepts toujours fondamentaux aujourd’hui : « socialisme », « communisme », « extrême-droite », etc. Mais ce n’est pas vraiment de l’histoire ou, à la rigueur, une histoire en train de se faire.

Pour avoir une idée des textes vraiment « historiques » il faut se pencher sur la catégorie LA, Histoire de France par époque (pas présente dans la série de graphe plus haut faute d’une production suffisamment importante sur le plan quantitatif). La production semble ici relativement insensible au bruit et à la fureur de la vie politique.

Ce n’est pas la seule étrangeté du Catalogue. Ce projet de classification documentaire a été en effet entrepris il y a plus de 300 ans : la première version a été émise par le bibliothécaire Nicolas Clément à la fin du XVIIe siècle (d’où le nom de Cotation Clément).

L’arbre de la connaissance de la BNF s’apparente à un étrange feuilleté temporel où les choix et les prédilections d’époques, de sociétés et de mentalités radicalement différentes doivent cohabiter dans la même structure. À l’époque de Clément la théologie était considérée non seulement comme une science mais comme la première des sciences. Les premières catégories sont naturellement affectées à ce domaine : « A » pour l’écriture sainte, « B » pour la liturgie, « C » pour les Pères de l’église, etc.

Cet ordre fondamental n’a pas varié. Les altérations les plus significatives sont intervenu au XIXe siècle dans deux domaines circonscrits : l’Histoire et la médecine. Dans les deux cas, des classifications très détaillées sont introduites, qui reflètent de nouveau un certain ordre des savoirs qui n’a plus vraiment cours aujourd’hui.

Par contraste, toute la littérature en prose reste subsumée dans l’unique catégorie « roman » ou Y2, introduite en 1730 comme supplément de la « poésie » . Aucune distinction n’est opérée entre les formes courtes et longues de la fiction. Paradoxalement, alors que les créations romanesques sont aujourd’hui très largement mises en avant par les bibliothèques, elles se trouvent reléguée à l’arrière-plan de l’arbre de la connaissance sous-jacent de la BNF.

L’arbre de la connaissance du Catalogue de la BNF (voir la version détaillée interactive)

Dans la Langue Analytique de John Wilkins, Borges ironisait sur l’arbitraire des catégories documentaires. Une encyclopédie chinoise auraient ainsi distingué les animaux selon les critères suivants : « appartenant à l’empereur, inclus dans la présente classification, qui s’agitent comme des fou, dessinés avec un très fin pinceau de poils de chameau ».

L’exercice relève à peine de la satire. Les données du catalogue permettent aussi de répondre à des questions déroutantes que personne ne s’est jamais posé. Par exemple, nous savons exactement le nombre de livres publiés sur l’hygiène chevaline pendant tout le XIXe siècle :

Malgré un énoncé prometteur, les « Maladies des gens du monde et des gens adonnés aux travaux de l’esprit » ne sont représentés que par un seul ouvrage : un traité du docteur Charles Karsner Mills édité en 1885, Mental over-work and premature disease among public and professionnal men.

Dans certains cas, les catégories procèdent à des rapprochements étonnants, tel que « Véhicules. Éclairage. Montgolfières. », sans doute ici reliés par un effet de modernité attaché à ces étonnantes machines volantes ou éclairantes au cours du XIXe siècle, même si en pratique cette dénomination s’est finalement avérée assez peu commode.

Les « Biographies des prix de vertus » ont eu un peu plus de succès même si elles ont été bien peu numérisées. De cette production pas négligeable (230 « exemplaires » au total), seul les Prix de Vertu fondés par M. de Montyon sont disponibles sur Gallica.

Visualiser l’effet performatif des catégories avec des « bibliothèques virtuelles »

Dans une bibliothèques les catégories s’incarnent matériellement dans l’espace : quoi que l’on puisse penser de la pertinence de ces classements, les romans sont rangés avec les romans et les Biographies des prix de vertus avec les Biographies des prix de vertus. Le dispositif a une portée éminemment performative qui fait encore sentir ses effets aujourd’hui.

Les cotes n’incluent pas seulement le « lieu » générique du rangement mais aussi potentiellement l’emplacement physique du document. La première édition d’Une Ténébreuse Affaire de Balzac (1842) occupe ainsi la cote 8-Y2-28589 (soit l’emplacement n°28589 des romans en format in-octavo), entre « Élisa de Mérival, ou Mémoires d’une jeune femme » de César du Bouchet (1819) et « Le Forçat colonel » de Fortuné de Boisgobey (1871).

Il n’est pas totalement assuré que l’ordre de succession des documents de la cote corresponde encore aujourd’hui à une succession effective dans les rayonnages. La numérisation des catalogues dispense peut-être d’organiser les rayons thématiquement. Néanmoins, cet ordre a été fonctionnel à un moment donné.

Il serait ainsi possible de reconstituer la disposition des documents dans l’espace. La visualisation ci-dessous déploie des rayonnages fictifs, à raison de vingt-cinq documents par étagères et de quatre étagères par bibliothèque pour tous les romans (Y2) entre la cote 43 000 et 43 500. Le document est coloré en vert s’il a été numérisé sur Gallica et en rouge autrement1.

Essai de Bibliothèque virtuelle. Chaque rectangle est un document, chaque ligne orange délimite une étagère « imaginaire » de vingt-cinq documents et chaque bibliothèque se compose de quatre étagères (voir la version interactive — attention le temps de chargement peut être long…)

Cette disposition régulière est purement imaginaire. En raison de la variété des documents, aucune bibliothèque ne peut être si ordonnée. À défaut la visualisation donne une idée de la « pesanteur » matérielle des catégories et des liens de proximité que dessine la bibliothèque entre les documents.

Pour l’instant ma visualisation ne relève que d’une petite expérience de pensée mais, moyennant un peu de développement, elle pourrait être généralisée à l’ensemble du catalogue. Nous pourrions imaginer une bibliothèque numérique d’un nouveau type, une « bibliothèque virtuelle », qui rendrait de nouveau visible cet ordre sous-jacent qui conditionne encore aujourd’hui nos modes de lecture.

À supposer qu’elle existe réellement sous cette forme, la bibliothèque virtuelle est par définition « cachée » aux yeux du lecteur ordinaire : elle ne s’incarne au mieux que dans les coulisses et les magasins de la bibliothèque. La même approche peut aussi permettre de cartographier des lieux plus accessibles. Les données détaillées du Catalogue précisent également si un document est placé ou non en libre accès dans une des salles des sites de la BNF. À partir de là nous pouvons également tenter de repérer quels sont les salles du site principal qui mettent à disposition le plus de documents du XIXe siècle : sans trop de surprise ceux-ci se trouvent principalement dans le Rez-de-Jardin et, très notablement, dans la salle Histoire (L).


L’inertie des catégories documentaire dans le « numérique »

Les effets de ces dispositifs sont en effet toujours perceptibles dans l’espace a priori « dématérialisé » des bibliothèques numériques. Alors certes, l’ordre de consultation est totalement déliée des classements thématiques et même la structure des données ne les reflètent plus : sur Gallica, l’édition 1842 d’Une Ténébreuse Affaire est cataloguée comme « bpt6k68897j », un identifiant purement arbitraire qui dispense de s’interroger a priori sur la classification documentaire.

Pour autant, tout n’est pas numérisé et les choix de numérisation semblent dépendre directement des anciens dispositifs de rangement. Toutes les catégories ne sont pas égales : le droit, les biographies, la poésie ou notre catégorie bigarrée d’actualité politique/histoire et, dans une moindre mesure le roman sont bien représentées avec souvent plus de la moitié des textes numérisés par années. Inversement le théâtre, l’histoire constitutionnelle, les sciences philosophiques et morales ou, surtout, les « thèses de médecine » ont été plutôt délaissés La sélection est parfois uniquement « documentaire » : les collections particulières, généralement des legs entiers hétérogènes, sont assez bien numérisées.

Tous ces choix ne sont pas facilement explicables : il s’y mêle sans doute à la fois des questions de prestige et/ou des besoins de recherche plus fortement exprimés dans certains domaines que dans d’autre (de la même manière que l’ontologie du catalogue est considérablement plus précise en Histoire et en Médecine que dans n’importe quel autre domaine). En tout cas, l’existence d’un tel différentiel suggère que les catégories conservent une part d’opérativité et peuvent avoir servi de point de départ pour déterminer des stratégies de numérisation.

Au-delà de l’impact « macroscopique » des grandes entrées thématiques il existe également un effet « microscopique » plus aléatoire. D’après un bibliothécaire dans certains cas la numérisation correspondait à une intention précise (tel que la saisie exhaustive de la production d’un auteur ou d’une collection éditoriale) mais dans d’autres « on prenait juste une étagère ». La projection du catalogue sous forme de bibliothèque virtuelle permettrait peut-être d’identifier ces cas de numérisation collective. Pour l’instant, en explorant les cotes des roman de 40 000 à 50 000 je n’ai rien trouvé d’absolument concluant même si les numérisations parfois à arriver « par grappe » après de longues séquences de documents non numérisés.

Dans les deux cas l’incidence des catégories serait très concrète : elles affectent la recherche textuelle. Parce qu’il y a eu une démarche de numérisation plus exhaustive au sein de cette cotation ou parce qu’une étagère a été prise, un texte sera présent ou absent. En raison de ces conditions de visibilité ou d’invisibilité les requêtes dans les moteurs de recherches peuvent générer des résultats de recherche différents, et affecter potentiellement les interprétations et hypothèses.


  1. À noter que j’ai également « déplié » les publications en volumes ou en série, ce qui peut se traduire parfois par une répétition de la cote []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.