Peut-on lire l’intégralité d’un aperçu sur Google Books ?

J’utilise très fréquemment la bibliothèque de Google, Google Books, pour mes recherches bibliographiques. Elle n’indexe en effet pas seulement des métadonnées mais donne accès à une petite partie d’une livre via la fonction « aperçu ».

Évidemment, à ce jeu là, la consultation devient rapidement frustrante. La lecture d’un passage particulièrement intéressant débouche sur ceci :

Page non consultable de Google Books
Page non consultable de Google Books

Il existe pourtant une petite astuce : utiliser le navigateur du réseau TOR. Ce réseau est conçu pour préserver l’anonymat de l’internaute. Il procède à un masquage collectif des adresses IP. Pour le résumer simplement, X va prendre l’adresse de Y qui va prendre l’adresse de Z et ainsi de suite, jusqu’à ce que W prenne l’adresse de X. Toutes les adresses sont mises à jour au bout d’une dizaine de minute. TOR permet ainsi de contourner les dispositifs de censure mis en place par divers États (Russie, Chine et, même si l’on ne joue peut-être pas encore dans la même ligue, la France…). Or, Google n’est ni plus ni moins faillible qu’un État.

D’expérience j’ai pu remarquer qu’il existe deux fonctions aperçu distinctes dans Google Books, le choix dépendant probablement d’accords préalables avec les maisons d’édition. La première est « fixe » : elle détermine un corpus prédéterminé de pages visibles par tous les utilisateurs (souvent l’introduction d’un ouvrage). La seconde est « mobile » : l’utilisateur peut consulter un nombre limité de pages, la sélection étant définie par une algorithmique savante (souvent au bout de la consultation de quelques pages d’affilée…). Cette seconde fonction est diabolique. L’internaute perd son droit de lire lorsqu’il est plongé dans une lecture suivie et, par-là même, est fortement incité à acquérir l’ouvrage (d’autant qu’il y a parfois un beau bouton rouge sur le côté permettant l’acte d’achat en un clic). Et pourtant ce dispositif machiavélique est fragile : il ne résiste pas à TOR.

En ouvrant un aperçu mobile avec le navigateur de TOR, l’algorithme de consultation est réinitialisé à zéro. Vous n’êtes plus un lecteur assidu qui cherche à accéder à une page de plus mais un curieux nouvellement débarqué.

La même page que précédemment consultable via TOR
La même page que précédemment consultable via TOR

Lorsque le problème se renouvelle, il suffit de recharger la page (si il s’est écoulé plus d’une dizaine de minutes) ou de demander une nouvelle identité (dans un menu déroulant du navigateur de TOR, accessible dans les versions les plus récentes depuis le bouton avec une icône d’oignon, sachant qu’il est préférable de ne pas abuser de cette fonctionnalité).

Solliciter une nouvelle identité avec TOR
Solliciter une nouvelle identité avec TOR

Pour que la tactique soit efficace, je recommande d’indiquer le numéro de page à consulter dans l’url. Les liens de Google Books sont en effet structurés comme une API : lien de base (« https://books.google.fr/books? ») + identifiant du livre (« id=yAzJ0oCM9b8C ») + numéro de page (« &pg=PA150 », la partie après « = » pouvant être remplacé par n’importe quel numéro de page et doit parfois être précédée de PA) + plein d’autres infos, pas forcément nécessaires (voire franchement nuisibles : j’ai l’impression que Google Books transmet des données sur l’identité du lecteur).

Cette petite astuce a aussi une utilité collective. En consultant un livre en ligne, on fait un usage modéré du réseau TOR (on reste toujours la même page, même si les images du livre sont chargées au fur et à mesure) tout en contribuant à ce commun numérique mondial. L’adresse IP devient en effet disponible pour des internautes confrontés à de lourds dispositifs de censure.


9 réflexions au sujet de « Peut-on lire l’intégralité d’un aperçu sur Google Books ? »

  1. Il doit encore y avoir des failles dans le projet Tor… Les compagnies aériennes utilisent l’adresse IP pour augmenter les prix (à la 2° consultation). Rayanair utilise ce système. J’ai testé TOR… et Rayanair a immédiatement repéré le pays de résidence, la ville et l’heure… me proposant des destinations… Là, c’était au 1er coup !
    JPP

    1. Bonjour,
      J’utilise également TOR pour vérifier les tarifs des billets d’avion (je pense que le scandale de l’IP tracking a dû inciter pas mal de monde à l’utiliser). Jusqu’ici, ça fonctionne très bien. Par défaut le site me recommande un aéroport totalement étranger (mais qui correspond à la localisation de la nouvelle IP).
      Dans votre cas, outre un dysfonctionnement de TOR je vois deux explications : Ryanair est parvenu à stocker un cookie voire un malware sur l’ordinateur (ce qui fait vous êtes identifié indépendamment de l’adresse IP) soit, ce qui est le plus probable amha, la nouvelle identité vient de la même localité (ça m’est déjà arrivé à plusieurs reprises d’être affecté à une identité française). Je pense que ça vaut le coût de refaire une nouvelle tentative.

  2. Bonjour,
    Cette astuce ne fonctionne absolument pas pour moi…
    J’ai beau demander une nouvelle identité, rechercher une page précise, j’ai toujours la même interdiction…
    Je précise que j’utilise pour tester le même ouvrage que vous avez pris en exemple pour vos captures d’écran.
    Il doit me manquer une étape…

    freddie

    1. Bonjour,
      Je m’excuse de vous répondre aussi tardivement : le filtre anti-spam d’hypothèses fait du zèle.
      Avez-vous pensé à retirer tous les éléments de l’url qui peuvent se rajouter après consultation ? Je ne les ai pas étudié en détail mais ils contiennent peut-être des éléments d’identification.
      Il se peut aussi que l’algorithme de Google soit plus intelligent que prévu : si une même page est demandée à plusieurs reprises dans un temps bref par des personnes différentes, il émet l’hypothèse qu’il s’agit de la même personne. Parfois, je réclame une page différente puis, par scrolling j’arrive à la page souhaitée.

  3. Ou sinon, on peut aussi directement lire des livres – en bibliothèque par exemple. C’est souvent gratuit et c’est bien plus agréable.

    1. et au moins le livre a été acheté une fois et n’est pas constament disponible ce qui permet a l’auteur de survive la grand majorité des auteurs sont pauvres.

    2. Sauf lorsque l’on étudie / fait des recherches sur des ouvrages qui n’existent plus, n’ont pas été réédités, ou ne sont disponibles en copie physique que dans d’autres pays. Et il y en a des tonnes.

  4. Bonjour les amis
    Bonjour les lecteurs de google Books,
    Je veux savoir comment faire pour pouvoir citer un livre dans mon mémoire de Fac. Le fait est que je suis en train d’écrire un mémoire sur les « amours interdites « en Europe depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.
    Je suis tombée sur le livre de Christian Sabba Wilson, « les années Virginales » sorti aux Editions Erato. En dehors du problème du  » syndrome de Peter », sur la grande réussite des incapables dans notre société, dont on parle dans ce roman, avec le succès fou que rencontre une fille Dubourg, la plus nulle, alors que la plus belle et vertueuse, a de la peine à faire sa vie. Cette dernière, Hanna Duborg du Berry, est un peu le problème de la famille ;
    Ce qui rend son profil intéressant pour mon mémoire, c’est son attirance un peu symptomatique et maladive pour son père. qu’est ce que cet Amour: une folie de jeunes, un peu en mal de tendresse, ou une vraie attirance qui pourrait basculer…
    Je m’interroge, peut on citer un livre qui n’est pas encore sorti des droits patrimoniaux de l’auteur ou du copy wright sans lui en demander la permission?
    Qui peut bien m apporter une réponse. Si cela ne marche pas, je serai obligé de demander par écrit une permission de commenter et de citer cet livre dérangeant dans mon mémoire.
    Valerie Tribert.
    Etudiante,
    lectrice assidue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *